Current track

Title

Artist


Mgr Ignace Bessi : « Ce n’est pas catholique d’obliger les fidèles à verser la dîme. »

Written by on 8 février 2018

Quelques jours après la 108e Assemblée plénière de la Conférence des évêques catholiques de Côte d’Ivoire (CECCI), le président, Mgr Ignace Bessi s’est entretenu avec la Croix Africa.

Mgr Ignace Bessi – Président de la CECCI


Dans cet entretien, il revient sur l’incompatibilité entre la franc-maçonnerie et le catholicisme et met en garde les communautés nouvelles, issues du Renouveau charismatique, contre certaines pratiques.


La Croix Africa : l’un des thèmes abordés lors de l’Assemblée plénière de la Conférence des évêques de Côte d’Ivoire (CECCI) est l’incompatibilité entre la franc-maçonnerie et le catholicisme. Pourquoi avoir choisi de vous exprimer sur ce sujet ?


Mgr Ignace Bessi : Les évêques ont produit et validé une lettre pastorale sur l’incompatibilité entre la franc-maçonnerie et le catholicisme comme nous l’avions annoncé à la précédente Assemblée plénière. Elle sera bientôt publiée.

Cette volonté remonte à plusieurs années en arrière. Du temps du cardinal Agré (ancien archevêque d’Abidjan NDLR), la question a été abordée. En outre, il y a plusieurs années, les évêques ivoiriens se sont déjà prononcés sur l’incompatibilité entre le catholicisme et d’autres pratiques ésotériques. Ils ont ainsi publié des lettres pastorales sur le chrétien et la Rose-Croix ou le Mahikari.

En résumé, quand les évêques sentent que les fidèles doivent être éclairés, ils produisent des lettres pastorales, un peu comme les lettres de Saint Paul. Elles ont toujours comme base la doctrine de l’Église. De plus, ces derniers temps, il y a une sorte d’effervescence, de course de nos chrétiens vers la franc-maçonnerie sans compter le refus, il y a un an, de l’Église d’inhumer un franc-maçon célèbre.

Il faut préciser que les évêques n’ont pas attaqué les francs-maçons. Nous nous sommes adressés aux chrétiens pour leur dire quelle est leur foi et ce avec quoi elle n’est pas compatible.

La Croix Africa : Le deuxième thème concerne l’autonomie de l’Église ivoirienne. Celle-ci repose en partie sur les offrandes. Quelles sont les différentes offrandes dans l’Église catholique ?

Mgr Ignace Bessi : Il y a, en premier lieu, la quête et le denier de culte.

Souvent, les catholiques se plaignent qu’il y a trop de quêtes. Les évêques ont écrit, dans un document, qu’il ne doit y avoir qu’une quête par messe. Il ne peut y avoir de deuxième quête qu’après une permission expresse de l’évêque, notamment en cas de projet important.

Ensuite, il y a le denier de culte qui est obligatoire en Côte d’Ivoire et est marqué sur le carnet de baptême. Il représente le trentième du salaire mensuel et se verse une fois par an.

Il y a aussi l’offrande messe – communément appelée demande de messe – qui n’est pas obligatoire. Les catholiques font des offrandes de messe lorsqu’ils ont des intentions de prière particulières.

Il y a enfin la dîme qui elle non plus n’est pas obligatoire.

Cette pratique est promue dans l’Ancien Testament, elle était destinée aux lévites chargés du service du temple qui n’avaient pas d’héritage. C’était la tribu des prêtres.

Il était question en ces temps, que celui qui a moissonné son champ donne la dixième partie au Seigneur et donc aux prêtres qui eux-mêmes versaient le dixième de cette part au grand prêtre Aaron. C’était obligatoire. Ce n’est pas le cas dans le Nouveau Testament où Jésus en parle pour critiquer les pharisiens. C’est au contact de nos frères chrétiens d’autres Églises que certains catholiques ont commencé à donner la dîme (le dixième de leur revenu mensuel). L’Église ne l’interdit pas. Mais elle est pour les prêtres qui doivent l’utiliser en vue du bien commun. Aucun laïc ne peut prétendre à la dîme.

La Croix Africa : Dans certaines communautés nouvelles issues du Renouveau charismatique, la dîme est exigée et versée aux dirigeants, des laïcs…

Mgr Ignace Bessi : Effectivement, les évêques n’ont pas encore publié une lettre circulaire pour réguler les communautés nouvelles issues du Renouveau charismatique. Il faut aider ces communautés à rester catholiques, ce n’est souvent pas le cas. Pour le moment, une commission est chargée de les organiser et de les former. Mais le temps est venu pour que les évêques interviennent pour réguler certaines pratiques qui y ont cours.

Il y aura toujours des communautés récalcitrantes qui ne voudront pas se plier aux décisions des évêques mais au bout du compte, nous serons obligés de prendre des mesures si la commission chargée de les encadrer n’arrive pas à leur faire comprendre que ce n’est pas catholique d’obliger les fidèles à verser la dîme. D’ailleurs, elles n’ont même pas le droit de la percevoir puisqu’elle revient aux prêtres.

Source: africa.la-croix.com


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *



Continue reading