Current track

Title

Artist


L’évêque de Yopougon suspend maman Pauline: Son prêtre réagit

Written by on 19 avril 2019

Mgr Salomon LEZOUTIÉ et le Père Marius N’GUESSAN / Photo Facebook

Mon père quelle est votre réaction avec la décision de Monseigneur Salomon évêque de Yopougon sur le cas maman Pauline ?

Merci pour votre coup de fil. Bonne fête à Mgr Salomon et à son presbyterium dont je fais partie. La décision de mon évêque ne m’étonne pas, c’est mon professeur de théologie biblique, docteur en Bible, un fidèle des textes doctrinaux et de la tradition catholique. Mgr Salomon est mon maître, mon modèle dans le respect de la doctrine catholique. C’est lui qui m’a montré l’importance de la fidélité à la doctrine. Il vient de jouer encore une fois son rôle de surveillant de la foi. Il a écouté les doutes et interrogations du peuple de Dieu et de l’Église universelle c’est cela le berger.

Mais pourquoi ce long moment d’attente ?

Un évêque observe, regarde et agit. C’est pourquoi ses prêtres, ses théologiens et tous les fidèles doivent être les premiers à faire le travail du terrain. Dans l’Eglise on te laisse gesticuler, crier et un jour on te dit arrête. C’est la pédagogie de Dieu.

C’est une victoire pour vous sur les groupes laïcs ?

On a gagné quel trophée ? Ce n’est pas une victoire mais un échec. Oui effectivement échec parce que chaque fois qu’on suspend un groupe laïc, le prêtre est touché, parce qu’on attire l’attention pour éviter ces genres de décision. Mais on ne nous écoute pas, on nous insulte. Moi, chaque fois qu’on me fait parvenir des rapports d’interdiction de groupes laïcs ivoiriens dans les pays africains, et même chaque fois qu’en Europe je reçois des rapports de bergers ivoiriens et africains que l’on interdit d’activités, j’ai mal au cœur.

Pourquoi avez-vous mal au cœur ?

J’ai mal parce que voici des personnes qui veulent s’engager et qui peuvent apporter quelque chose à l’Église mais qui refusent d’écouter les prêtres, les théologiens. Ce que je fais chaque jour avec d’autres prêtres africains, c’est simplement aider nos frères et sœurs à s’organiser dans le sens de la doctrine de l’Église. Malheureusement ils pensent que nous sommes contre eux. Les nuits je ne dors pas, je prends mon temps pour attirer leur attention, mais je ne reçois qu’injures et menaces. C’est aussi le cas des autres confrères qui prennent de leur temps pour parler. Ils disent que nous sommes jaloux. C’est honteux. Ce n’est pas parce que quelqu’un draine le monde que son message est catholique. Ce n’est pas parce que vous prenez des photos avec des évêques dans des repas que votre groupe est catholique.

Votre dernier mot ?

Après Pacôme Achija, voilà maman Pauline. Il y a encore des centaines de mamans et de papas qui agissent dans des maisons inachevées, qui se pavanent en Europe dans les quartiers des noirs et qui véhiculent des messages non catholiques, qui menacent et intimident leurs adeptes sur les réseaux sociaux alors qu’ils portent le titre catholique. Vous êtes en train d’induire des gens dans la déviation avec des jeunes dames qui se disent des religieuses de ces groupes, des gens qui portent les noms de leurs gourous. Arrêtez.
Je vous demande de vous laisser guider et orienter par vos prêtres pour mettre en place des groupes de laïcs forts soutenus par l’Eglise. On a besoin vraiment de vous, ne dispersez pas vos forces. J’invite tous les laïcs à la journée de formation que j’organise le 4 mai.
Venez-vous former. Les prêtres ont besoin de vous pour affronter les défis pastoraux dans l’Afrique d’aujourd’hui. Avec vous nous formons le peuple de Dieu. Venez le 4 mai, vous allez recevoir les outils pour créer et guider les groupes, les outils pour vivre la foi catholique.

Entretien réalisé par le journal catholiques africains

Migrantibus (Diaspora-Belge)

Source: Facebook / N’guessan Marius


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *



Continue reading